Jean-Paul II

Karol Józef WojtyÅ‚a, devenu Jean-Paul II à son élection comme Successeur de Saint Pierre et évêque de Rome, le 16 octobre 1978, est né le 18 mai 1920 à Wadowice, petite ville située à 50 km de Cracovie. Il est le plus jeune des trois enfants de Karol WojtyÅ‚a et d’Emilie Kaczorowska.

Il fut baptisé le 20 juin 1920, dans l’église paroissiale de Wadowice, fit sa Première Communion à 9 ans et reçut la Confirmation à 18 ans. Conclues ses études secondaires à Wadowice, il s’inscrit en 1938 à l’Université de Cracovie et à un cours de théâtre. L’Université ayant été fermée en 1939 par l’occupant nazi, le jeune Karol dût travailler sur un chantier de l’usine chimique Solvay afin de gagner sa vie et d’échapper à la déportation en Allemagne.

Le début de sa vie sacerdotale

A compter de 1942, ressentant sa vocation au sacerdoce, il suivit (en cachette) les cours de formation du Séminaire clandestin de Cracovie. Après la Seconde Guerre Mondiale, il poursuivit ses études jusqu’à son ordination sacerdotale survenue à Cracovie le 1er novembre 1946 des mains du Cardinal Adam Stefan Sapieha.

Il fut ensuite envoyé à Rome par son Évêque et poursuivit ses études doctorales sous la direction du Dominicain français, le P.Garrigou-Lagrange. Il soutint en 1948 sa thèse en théologie consacrée à la Foi dans l’oeuvre de saint Jean-de-la-Croix. Durant ce séjour romain, il occupa son temps libre pour exercer son ministère pastoral auprès des émigrés polonais de France, de Belgique et des Pays-Bas.

Il rentra en 1948 en Pologne pour être vicaire en diverses paroisses de Cracovie et Aumônier des étudiants jusqu’en 1951 lorsqu’il reprit ses études philosophiques et théologiques. Le 4 juillet 1958, le Pape Pie XII le nomma Evêque auxiliaire de Cracovie et, le 28 septembre suivant, il reçut l’ordination épiscopale des mains de l’Archevêque Eugeniusz Baziak, en la cathédrale du Wawel (Cracovie).

Le 13 janvier 1964, il fut élu Archevêque de Cracovie par le Pape Saint Paul VI qui, le 26 juin 1967, l’éleva au cardinalat.

Après avoir participé au Concile Vatican II (1962-1965), où il offrit notamment une importante contribution à l’élaboration de la constitution Gaudium et Spes (Joie et Espérance), le Cardinal WojtyÅ‚a prit part à toutes les assemblées du Synode des Evêques.

Karol Józef Wojtyła devient Pape Jean Paul II

Au cours du second Conclave de 1978 (après le décès innatendu du Pape Jean-Paul I (atteint d’un arrêt cardiaque), il fut élu Pape par les Cardinaux le 16 octobre et prit le nom de Jean-Paul II (en hommage à ses trois prédécesseurs, les papes Saint Jean XXIII, Saint Paul VI et Jean-Paul I). Le 22 octobre, Jour du Seigneur (Dimanche), il entamait solennellement son ministère de 263º successeur de l’Apôtre Pierre. Il prononce le discours Â« N’ayez pas peur Â» qui marque le début de son pontificat, montrant sa détermination, appelant à un christianisme plus engagé et à l’ouverture des frontières, interpellant :

« N’ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ. À sa puissance salvatrice, ouvrez les frontières des États, des systèmes politiques et économiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation et du développement. N’ayez pas peur ! Le Christ sait ce qu’il y a dans l’homme ! Et lui seul le sait ! Â»

Son pontificat de près de 27 années allait être l’un des plus longs de l’histoire de l’Eglise. 

Jean-Paul II a exercé avec un inlassable esprit missionnaire et par la charité ouverte à l’humanité tout entière. En 26 années de pontificat, le Pape Jean-Paul II a accompli 104 voyages apostoliques hors d’Italie et 146 visites dans ce pays. Comme Evêque de Rome, il a visité 317 des 333 paroisses de son diocèse.

L’attentat

Le mercredi 13 mai 1981, jour de l’audience générale hebdomadaire qui se tient place Saint-Pierre Ã  Rome, et devant une foule de 20 000 fidèles, Jean-Paul II est victime d’un attentat. Mehmet Ali AÄŸca, un jeune turc de 23 ans, fait feu sur le pape avec un pistolet automatique, à une distance de moins de six mètres. Atteint par trois balles, le pape doit être opéré en urgence, mais aucun organe vital n’est atteint. L’attentat ayant lieu le jour-anniversaire de la première apparition de la Vierge Marie à Fátima, qu’il devait mentionner dans son discours, Jean-Paul II attribue sa survie à l’intervention de Notre Dame (de Fátima), et il pense que cet attentat est celui évoqué dans le message des apparitions à Fátima. En 1983, il se rend dans la cellule de Mehmet Ali AÄŸca pour lui accorder son pardon. Il visitera un an plus tard, le 13 mai 1982, le Sanctuaire de Fátima au Portugal (et quelques villes du pays) pour remercier de sa vie à Dieu par l’intercession de Notre Dame. Il y retournera en 1992 et en 2000.

Un pape engagé

Son amour pour les jeunes l’a poussé à lancer en 1985 les Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ), et les 19 JMJ de son pontificat ont rassemblé des millions de jeunes dans diverses parties du monde. D’autre part, son attention à la famille s’est exprimée par la tenue de Rencontres mondiales des Familles entreprises à son initiative en 1994. La prochaine JMJ sera en 2022 à Lisbonne, Portugal.

Il a promu avec succès le dialogue avec les juifs et avec les représentants des autres religions, les invitant parfois à des rencontres de prière pour la paix, en particulier à Assise.

Il a donné une impulsion extraordinaire aux canonisations et aux béatifications, pour montrer d’innombrables exemples de la sainteté d’aujourd’hui, qui soient un encouragement pour les hommes et femmes de notre temps. Jean-Paul II a procédé à 147 cérémonies de béatification (proclamant au total 1338 Bienheureux) et à 51 de canonisation (déclarant au total 482 nouveaux Saints). Il a proclamé Docteur de l’Eglise sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, il béatifiera le 13 mai 2000 deux des Petits Pastoureaux (os Pastorinhos) Francisco e Jacinta Marto, voyants de Notre Dame à Fatima (Portugal). Il a visité le sanctuaire de Fatima par 3 fois.

Une canonisation unique

Jean-Paul II est décédé au Vatican le 2 avril 2005, tandis qu’on entrait déjà dans le Jour du Seigneur, Octave de Pâques et Dimanche de la Divine Miséricorde.

Les funérailles de Jean-Paul II se sont déroulées le 8 avril 2005, alors que depuis son décès plus de trois millions de fidèles étaient venus à Rome saluer sa dépouille, attendant jusqu’à 24 heures avant d’entrer dans la Basilique St. Pierre.

Le 28 avril, le nouveau Pape Benoît XVI a accordé l’ouverture de la Cause en béatification-canonisation de Jean-Paul II. La béatification a lieu le 1er mai 2011, place saint Pierre, à l’occasion du dimanche de la divine miséricorde (dimanche II de Pâques) célébré par Benoît XVI devant plus d’un million de fidèles.

le 27 avril 2014, lors de la messe du dimanche de la divine miséricorde, le Pape François préside la cérémonie de canonisation conjointe des Papes Jean XXIII et Jean-Paul II. c’est la première fois dans l’histoire de l’Église qu’une double canonisation de Papes a lieu en présence de deux Papes vivants : le Pape François, qui préside la cérémonie, accompagné de son prédécesseur le Pape émérite Benoît XVI.

Le Pape Saint Jean-Paul II est fêté le 22 octobre, date du début de son ministère de pape.