Histoire de l’église et du sanctuaire

Histoire de l’église et du sanctuaire

L’église Notre-Dame-de-Fatima a été construite à la suite d’un vÅ“u : en 1944, le cardinal Suhard promet de faire élever une église à la Mère de Dieu si la Vierge sauve Paris de la destruction par les Allemands. Cette église, bâtie entre 1951 et 1954 par l’architecte Henri Vidal, sera consacrée à Notre-Dame Médiatrice de toutes Grâces.
D’après le plan d’urbanisme, un quartier d’habitation devait entourer le sanctuaire. Il ne sera jamais construit. L’église se retouve isolée, séparée de sa paroisse par le périphérique tout proche qui fait fuir les gens. Elle ferme en 1974 et ne rouvre qu’en 1988 avec la construction de l’hôpital Robert-Debré.
A cette occasion, elle est confiée à la communauté portugaise de Paris sous l’appellation «Notre-Dame-de-Fatima-Marie-Médiatrice» par le cardinal Lustiger.

La voûte est en berceau. Le vaisseau unique est éclairé par d’étroites baies décorées de vitraux
non figuratifs réalisés par Gabriel Loire (1904-1996) dans les tons jaunes et bleus.

L’église Notre-Dame de Fatima étant confiée à la communauté portugaise, on retrouve dans l’ornementation la sensibilité de la foi ibérique. Autrement dit, la seule recherche artistique dans les statues est le réalisme le plus total… Il faut néanmoins reconnaître que ces statues sont très jolies, ornées de nombreux bouquets de fleurs et sujettes à une dévotion intense. Sans aucun doute, une statue stylisée n’aurait pas le même impact sur les esprits.

Située sur un parvis, Notre-Dame-de-Fatima domine les alentours
entre la porte du Pré-saint-Gervais et la porte des Lilas.
L’édifice principal est accompagné d’un clocher campanile de 58m de haut.
Un semblant de symétrie est assuré par une petite tour ou «lanterne des morts» sur la droite.
Enfin, le baptistère est logé dans une petite tourelle, à droite,
comme aux temps anciens où le baptême était donné à l’extérieur.

page en construction